Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Lancement du bitumage de la route Bogandé-Fada : Le désenclavement de la (...)

Lancement du bitumage de la route Bogandé-Fada : Le désenclavement de la province de la Gnagna prend corps

mercredi 6 novembre 2019

Le lancement des travaux de bitumage de la Route nationale Fada-Bogandé (RN 18) a eu lieu le mardi 5 novembre 2019 à Bogandé, sous le patronage du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. C’est le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, qui a procédé au lancement des travaux de cette route longue de 129 Km, avec un délai d’exécution de 22 mois.

Lancement du bitumage de la route Bogandé-Fada : Le désenclavement de la province de la Gnagna prend corps

Longtemps enclavée et autrefois traitée de « Gnagna profonde et métallique », cette partie du Burkina vient de connaître la pose de la première pierre de l’ouvrage qui engagera le processus de son désenclavement : le bitumage d’une route longue de 129 Km, reliant Bogandé au chef-lieu de la région de l’Est. Vingt-deux mois, c’est le temps accordé à l’entreprise pour terminer l’ouvrage considéré par les populations comme une bouffée d’oxygène pour le trafic routier entre Fada et Bogandé. Et cette conviction de la population gnagnalaise s’est matérialisée par la mobilisation inédite, à l’occasion de la cérémonie de lancement.

Voici les caractéristiques techniques de cette voie dont les travaux ont été lancés le mardi 5 novembre 2019 : l’emprise de la route sera de 25 à 35 m en zone urbaine et de 20 m en rase campagne, la largeur de la chaussée (chaussée plus accotement) de 11 m en zone urbaine et de 9 m en rase campagne.

Les 129 Km de route à bitumer vont de la sortie de la ville de Fada N’Gourma (au secteur 9) jusqu’à la sortie nord de Bogandé. C’est pourquoi le maire de la commune de Bogandé, Adolphe Lankoandé, s’est réjoui du démarrage tant attendu de la construction de cette route. Pour l’édile, cette voie est la sève qui va nourrir le trafic routier entre sa commune et Fada N’Gourma. Profitant de la présence du chef de l’Etat, le maire a posé les préoccupations de sa population, qui se résument à l’électrification des zones rurales et à la valorisation des services de santé de la province de la Gnagna.

Le président du Conseil régional de l’Est, Paripouguini Lompo, a brossé les potentialités agricoles, pastorales, minières et fauniques de la région qui, malheureusement, est parmi les plus enclavées du pays. Poursuivant dans la même lancée que le maire de Bogandé, il a dit espérer de voir se concrétiser le bitumage de deux autres voies : Bogandé-Taparkou et Fada-Gayéri. La réfection d’autres voies figurent aussi parmi les doléances. Il s’agit des axes Fada-Kompienga et Bogandé-Liptougou, qui sont dans un état de délabrement total. Paripouguini Lompo n’a pas manqué d’évoquer le calvaire que vivent les populations de la région de l’Est sur les routes, surtout en saison des pluies. Et d’année en année, cela va de mal en pis, a fait remarquer le président du Conseil régional.

Pour le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, le bitumage de la route Bogandé-Fada est un projet dont les impacts socioéconomiques et environnementaux sont très importants. Il s’agit de la création d’emplois directs et indirects, l’amélioration de la sécurité routière, l’amélioration de la qualité de vie des populations et la plantation d’arbres qui va tenir compte de l’impact environnemental. Il est aussi revenu sur les projets de routes pour lesquels les hommes et femmes de son ministère sont à pied d’œuvre pour donner corps.

Evoquant la situation sécuritaire comme source d’empiètement sur le plein financement des projets de développement au profit des populations, le ministre Bougouma a tout de même promis la mise en projet des doléances formulées à l’endroit de son ministère. Il n’a pas manqué d’évoquer les chantiers en cours dans la région et ceux déjà réalisés. Pour le cas de Bogandé, il espère le lancement très prochain du bitumage de la route Bogandé-Taparko, soit avant la fin du premier mandat du président Roch Kaboré ou, à défaut, au cours de son second mandat.

L’ouvrage sera exécuté par la société PFO Africa, qui dispose d’une durée d’exécution de 22 mois assortie d’une mission de contrôle de 26,5 mois. Le coût de l’exécution du projet est de 20 999 754 782 F CFA Toutes taxes comprises (TTC) et celui de la mission de contrôle 707 965 782 F TTC.

Le lancement a aussi connu la présence des élus locaux et nationaux, du ministre des Transports Vincent Dabilgou et de plusieurs opérateurs économiques de la province de Gnagna.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
UVXX0001 UVXX0001
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter